Communiqué de presse/ Presbericht 17/07: Incendies illégaux en Amazonie - Illegale branden in de Amazone

Maimouna Doumbouya Mobilisation team • 20 Juillet 2020
0 commentaire
0 j'aime
56

(Nederlands hieronder)

 

FRANCAIS 

Greenpeace capture des images d’incendies illégaux qui font rage en Amazonie 

 

Greenpeace Brésil a capturé des photos des foyers des incendies brûlant dans tout l’état du Mato Grosso, dans la forêt amazonienne. Ces images ont été prises dans le cadre de survols effectués entre le 7 et le 10 juillet 2020 dans le but de documenter les incendies en Amazonie. Tous les incendies sont actuellement illégaux en raison de l’interdiction d’incendies par le gouvernement de l’état de Mato Grosso de juillet à septembre. 

 

Greenpeace a également documenté des images dans les zones complètement ravagées par les feux et des zones en cours de préparation aux incendies. Comptant plus de 4 437 zones sensibles (1), l’état du Mato Grosso a enregistré le plus grand nombre d’incendies en Amazonie brésilienne cette année, représentant 49,52% de tous les incendies en Amazonie brésilienne en 2020 (2). 

 

Plus de photos et vidéos disponibles ici. L'utilisation de ces images est gratuite à condition d’utiliser © Christian Braga / Greenpeace


 

Ces images ainsi que le taux de déforestation record de cette année, sont le résultat escompté de la stratégie à long terme de Bolsonaro en Amazonie. Depuis son arrivée au pouvoir, son gouvernement a démantelé les lois de protection de l’Amazonie et réduit à néant le pouvoir des agences de protection de l’environnement. Allant jusqu’à utiliser la pandémie du Covid19 comme écran de fumée pour y continuer la déforestation ainsi que l’exploitation forestière et minière. L’administration du président brésilien ne fait que mettre le climat et des vies en danger, en particulier celles des peuples indigènes”, a déclaré Romulo Batista, chargé de campagne et expert de Greenpeace Brésil pour l’Amazonie. 

 

C'est pourquoi, l'interdiction des incendies pour une durée de 120 jours, que le président a imposée le 16 juillet, n'est rien d'autre qu'un coup de pub qui détourne l'attention du vrai problème. 

 

Allumés délibérément 

 

En juin 2020, 2 248 foyers ont été enregistrés en Amazonie, soit une augmentation de 19,57% par rapport à juin 2019 (1 800), et le plus grand nombre enregistré pour le mois de juin depuis 2007. Les alertes à la déforestation en Amazonie brésilienne ont également atteint un record de 13 ans pour le mois de juin. Du 1er au 13 juillet, 1 057 foyers ont déjà été enregistrés dans le biome.  

 

Les grands incendies dans la forêt amazonienne ne sont pas d'origine naturelle. Ils sont délibérément allumés par des agriculteurs ou des entreprises qui s'accaparent les terres pour étendre les terres utilisées pour l’élevage de bétail et la production agricole industrielle. Ces incendies font partie d’une pratique aggravée par l’agenda anti-environnemental de Bolsonaro (3). 

Les peuples indigènes, déjà confrontés aux risques du Covid19, sont encore plus en danger car les incendies s’intensifient et la pollution atmosphérique vient s’ajouter à la longue liste des menaces sanitaires auxquelles ils doivent faire face. 

 

Stopper la déforestation ‘importée’

 

Chez nous également, des produits liés à la déforestation et aux feux allumés en Amazonie, notamment le soja importé pour l'alimentation du bétail, finissent dans les rayons des magasins.  Une législation ambitieuse est nécessaire au niveau européen pour mettre fin à cette "déforestation importée". 

 

L’exploitation de la nature et de l’homme est une cause majeure des crises sanitaires climatiques et de biodiversité”, explique An Lambrechts de Greenpeace Belgique. “Greenpeace appelle l’Union européenne à mettre en oeuvre d’urgence une nouvelle législation stricte pour garantir que les biens entrant sur le marché européen ne soient plus liés à la déforestation, à la destruction des forêts et d’autres écosystèmes ou à des violations des droits de l’homme.

 

Notes:

(1): Nombre de foyers enregistrés du 1er janvier 2020 au 13 juillet 2020

(2): Analyse basée sur les données de l’Institut Brésilien de Recherche Spatiale

(3): https://insights.trase.earth/yearbook/summary/

Photos et vidéos disponibles ici  

 

Contact:

Service de presse Greenpeace: 0496 26 31 91 - bpress@greenpeace.org


NEDERLANDS

 

Greenpeace maakt beelden van illegale branden in de Amazone 

 

Greenpeace Brazilië heeft foto’s kunnen maken van brandhaarden in de staat Mato Grosso in het Amazonewoud. De beelden werden gemaakt tijdens vluchten van 7 tot 10 juli om de branden in het Amazonewoud te documenteren. In de staat Mato Grosso geldt er momenteel nochtans een verbod op branden. 

 

Greenpeace maakte ook beelden van volledig afgebrande gebieden, en gebieden die worden voorbereid om afgebrand te worden. Met 4437 hotspots -dat zijn plaatsen met veel brandhaarden- is de staat Mato Grosso het zwaarst getroffen De helft van alle branden in de Braziliaanse Amazone dit jaar werden in deze staat geteld.[1,2]

 

Meer foto’s en video’s zijn hier beschikbaar. Deze beelden zijn vrij te gebruiken mits vermelding van © Christian Braga / Greenpeace

 

Deze beelden en de extreme ontbossing dit jaar, zijn net wat Bolsonaro wil bereiken met zijn langetermijnstrategie voor de Amazone. Zijn regering ontmantelt alle wetten die de natuur beschermen en ondermijnt alle instanties die instaan voor de bescherming van het leefmilieu. Momenteel gebruikt hij de Covid 19-crisis als een rookgordijn om ontbossing, illegale houtkap en mijnbouw toe te laten in de Amazone. Deze regering doet niets anders dan het klimaat en mensenlevens, zeker van Inheemse volkeren, in gevaar brengen,” zegt Romulo Batista, expert bij Greenpeace Brazilië.

 

Daarom is ook het 120 dagen-verbod op branden dat de president op 16 juli instelde, niet meer dan een PR-stunt die de aandacht afleidt van het werkelijke probleem. 

 

Bewust aangestoken 

 

In juni 2020 werden 2248 hotspots geteld in de Amazone, dat is 19,57 procent meer dan in juni vorig jaar, toen waren het er 1800. Dit is het hoogst aantal branden geteld in één maand sinds 2007. Van 1 tot 13 juli werden intussen al 1057 hotspots geteld.  

 

De grote branden in het Amazonewoud ontstaan niet vanzelf, maar worden bewust aangestoken door landbouwers of landrovers die de vrijgekomen plaats willen gebruiken voor veeteelt of voor industriële landbouw. Sinds het aantreden van Bolsonaro komen deze praktijken almaar meer voor.[3] De Inheemse volkeren die in het woud leven, en die momenteel al bedreigd worden door COVID-19, zullen nog meer gevaar lopen als de branden toenemen en luchtvervuiling een extra risicofactor wordt.

 

Stop ‘geïmporteerde’ ontbossing

 

Ook bij ons belanden producten in de winkelrekken die gelinkt zijn aan de ontbossing en de aangestoken branden in de Amazone, onder meer via geïmporteerde soja voor het veevoer. Er moet op Europees niveau ambitieuze wetgeving komen die deze ‘geïmporteerde ontbossing’ een halt toeroept. 

 

De uitbuiting van natuur én mens is een van de grote drijvers van zowel de huidige gezondheidscrisis als de klimaat- en biodiversiteitscrisis”, zegt An Lambrechts van Greenpeace België.  “Greenpeace vraagt dat de Europese Unie dringend werk maakt van strikte nieuwe wetgeving die ervoor zorgt dat de goederen die op de Europese markt komen niet langer verband houden met ontbossing, vernietiging van bossen of schendingen van mensenrechten.”

 

Noten:

 

[1] Aantal hotspots geregistreerd van 1 januari tot 13 juli. 

[2] Analyse gebaseerd op data van INPE (Brazilian Space Research Institute).

[3] https://insights.trase.earth/yearbook/summary/

 

Foto’s en video’s zijn hier beschikbaar.

 

Contact:


Persdienst Greenpeace: 0496 26 31 91 - bpress@greenpeace.org